Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Michael Cart, Christine Jenkins et les LGBT novels for young adults : une déception (disappointment)

Michael Cart and Christine A. Jenkins, The Heart has its Reasons. Young Adult literature with Gay/Lesbian/Queer Content. 1969-2004, (Oxford, U.K., Scarecrow Press, "Scarecrow studies in Young Literature", # 16, 2006).

J'étais ravi de voir sortir cet ouvrage. Je l'ai lu très rapidement. Il n'y a pas d'équivalent en France : les auteurs ont recensé l'ensemble des livres pour adolescents publiés aux Etats-Unis entre 1969 et 2004 qui parlaient d'homosexualité (on parle de "young adults" dans le monde anglo-américain, mais ça correspond de fait à ce que nous appelons littérature pour ados). En ce sens, ce livre est une ressource indiscutable.

En revanche, sur le fond, c'est un ouvrage assez médiocre. Il est néanmoins disponible sur Amazon. L'appareil critique est ce qu'il y a de plus précieux : un inventaire exhaustif de tous les ouvrages concernés et une bibliographie universitaire.

Le coeur de l'ouvrage est divisé en chapitres chronologiques :
1 Donnez-nous un visage
2 Les années 1970 : ce que Donovan a rendu possible
3 Les années 1980 : Annie dans mes pensées (de Nancy Garden) et au-delà
4 Les années 1990 : Est-ce que le mieux pourrait devenir un moins ?
5 Une nouvelle littérature pour un siècle nouveau ?
L'introduction a une vocation méthodologique. Elle prend appui sur les analyses antérieures de romans "afro-américains" pour dégager un modèle d'évolution dans le temps. C'est un découpage en "stades" qui n'a rien de mirobolant, de la "visibilité" à l'affirmation d'une communauté consciente, en passant par une phase d'assimilation. C'est d'une évidence un peu agaçante. Par ailleurs, les auteurs affirment haut et fort leur refus du didactisme, quand bien même leur visée éducative est évidente.

Le chapitre 1 survole la période qui précède la publication des premiers ouvrages spécifiquement consacrés à l'homosexualité chez les adolescents, jusqu'à la publication du roman de John Donovan, I'll Get There. It Better Be Worth the Trip (1969), considéré comme "le premier roman pour adolescents à prendre l'homosexualité pour sujet" ("the first young adult novel to deal with homosexuality"). La technique est à peu près toujours la même dans les 5 chapitres : les ouvrages considérés comme les plus emblématiques sont analysés, du point de vue de leur portée thématique et de leur intérêt "stylistique", et des tendances générales sont dégagées.
Pour le lecteur francophone, je tiens à préciser qu'extrêmement peu d'auteurs américains ou anglais ont été traduits dans notre langue : à part Le vol du coucou d'Aidan Chambers, La nuit du concert de M.E. Kerr, Le cerf-volant brisé de Paula Fox et Jesus & Billy s'en vont à Barcelone de Deirdre Purcell, je ne vois pas trop d'exemples. En tout état de cause, les anglosaxons n'ont pas fait mieux dans l'autre sens ! Cela tient sans doute à la distance culturelle entre adolescents des deux langues. Il faudrait un volumineux appareil de note pour expliquer les arcanes du système scolaire américain à nos teens (et inversement) ou adapter un peu bêtement à la façon des versions françaises des feuilletons US.
Michael Cart et Christine Jenkins adorent ériger certains livres en emblême d'un certain stade, comme Annie on My Mind de Nancy Garden (1982), la série des Weetzie de Francesca Lia Block, The Method de Robert Paul Walker (1990)
, la série des Rainbow d'Alex Sanchez : Rainbow boys (2001), Rainbow High (2003) et Rainbow Road (2005). A l'arrivée, tout ceci laisse un goût d'inachevé : les analyses littéraires sont assez sommaires, se limitant à des considérations vagues, sauf sur le statut thématique de l'homosexualité. Le plus désarmant est la façon dont les auteurs traitent de personnages fictifs comme des êtres vivants. En outre, ils sont assez réfractaires à l'humour, ce qui les amène à malmener un auteur comme James Howe. Pour un ouvrage savant, c'est assez léger. Et les romans qui ont le malheur de ne pas dépeindre positivement l'homosexualité sont soit ignorés soit décriés (à commencer par le magnifique Cerf-volant brisé de Paula Fox). A l'inverse, des ouvrages aussi plats que les "rainbows" sont encensés, alors qu'Alex Sanchez est un peu la Barbara Cartland de la littérature LGBT pour teenagers, la touche éducative en plus. Je suis un peu salaud, là : j'ai lu les trois avec plaisir...
En somme, c'est un livre batard, ni guide complet et assez neutre, ni véritablement ouvrage savant. Néanmoins, il m'a permis de faire quelques découvertes plutôt réjouissantes. J'ai copié ci-dessous (après mon texte initial en anglais) une sélection très personnelle des meilleurs livres dans le genre en anglais, pour ceux que ça pourrait intéresser. Je n'ai pas ôté les auteurs de livres commerciaux (Brent Hartinger, Alex Sanchez, Patricia Nell Warren), dans la mesure où le plaisir de la lecture l'emportait sur la vulgarité, à la différence d'autres, comme Stephen Moore, Mark Kendrick et autres écrivassiers. Vous trouverez quelques résumés et commentaires de livres dans deux articles que j'ai postés ici et
. C'est devenu depuis une catégorie de ce blog.


Retrouvez la liste réalisée alors sur sa page dédiée.