Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne veux pas qu’on sache

Je ne veux pas qu’on sache de Josette Chicheportiche, Pocket jeunesse, 2007.

Ce roman destiné à des préados raconte une histoire de divorce, du point de vue de Théo, une dizaine d’années au début de l’histoire. Il s’avère peu à peu que Gilles, son père, a rencontré l’amour auprès d’un autre homme. L’histoire raconte les souffrances et la force de caractère d’un garçon que la vie a fait mûrir trop vite. L’essentiel se passe en famille, même s’il est aussi question de la bêtise collégienne. 

L’auteur est traductrice et écrivain pour la jeunesse. Son entreprise est plutôt sympathique, bien entendu. Maintenant, je trouve qu’elle projette un peu trop un regard d’adulte sur cette histoire, décrivant les sentiments du garçon comme par-dessus sa tête. Suivant une tradition psychologique bien française, elle décortique la situation avec un point de vue omniscient. Il n’y a pas beaucoup de place pour l’incertitude, les flottements. L’histoire est rondement menée, mais de l’extérieur. 

 

Cela pose la question du lectorat. Je ferais l’hypothèse que ce livre a été écrit pour des pré-adolescents qui ne savent rien de la situation vécue par Théo. Aucun personnage n’est traité de manière simpliste, ce qui est évidemment une qualité. Un lecteur informé voit venir les principales étapes comme autant de passages obligés. En somme, j’aurais envie de dire que c’est un roman éducatif, avec parfois de jolies images. Rapporté à sa finalité, je n’ai rien à redire. Comme œuvre d’art ou comme livre-compagnon, je suis plus réservé.