Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Dumbledore est gay" : commentaire

À propos de ma traduction postée hier, je tiens à préciser quelques éléments, de nature à dissiper quelques malentendus. En effet, j'ai aussi envoyé le résultat de mes efforts à des amis par mail. J'ai eu l'impression dans quelques réponses que l'on me pensait très sérieux.
Je souhaite rectifier cette impression. Toute cette agitation m'inspire des sentiments ambivalents, avec, tout de même, une certaine envie de dérision. Dumbledore est un personnage fictif. Aucun des 7 Harry Potter n'indique ni même ne suggère quoi que ce soit sur son homosexualité annoncée. C'est à l'occasion d'une conférence que Joan Rowling a fait cette révélation. Cela ne lui aura pas coûté très cher, puisque les livres eux-mêmes restent vierges (sic) de toute  référence homo. Elle ne risque pas de voir sa série black-listée pour cette annonce en off. Bref, il n'y a pas de quoi fouetter un chat.
D'un autre côté, cette façon naïve de "traiter" un personnage de fiction comme s'il était un être de chair et d'os est typiquement américaine. Comme est aussi très connotée cette reprise ultra sérieuse par la principale agence d'information US, et la multiplication des réactions de par le monde. Aujourd'hui, il semblerait qu'un personnage "virtuel", de par la puissance du dispositif médiatique dans lequel il s'insère, soulève des passions qui n'ont rien de virtuel. Cela met à jour aussi des confrontations symboliques qui ne se jouent plus seulement dans la vie quotidienne (voir des homos se tenir par la main, affirmer leur existence, etc.) mais aussi sur le plan de l'imaginaire. L'anecdote du livre sur les papas pingouins manifeste d'ailleurs à quel point les religieux et certains membres de la communauté gay sont sensibles à cette question, tout particulièrement quand elle engage des oeuvres destinées aux enfants. J'imagine que la crainte des homophobes est la sempiternelle panique d'une "conversion", comme si l'homosexualité était une maladie contagieuse ou une doctrine (au sens où le communisme en a été une). Les modèles sur la base desquels la droite US réagit sont inscrit dans la longue durée de ses combats précédents. L'enfance apparaît comme un territoire vierge qui ne doit pas être corrompu - aux catéchètes de le peupler des valeurs justes et des images correctes... De manière quasi symétrique, un certain militantisme homo voudrait, sur un mode beaucoup moins offensif, diffuser des représentations tolérantes de l'homosexualité.
Mon ambivalence procède de tout ceci. Je trouve grotesque le sérieux de cette révélation, les spéculations sur les indices et je m'interroge sur la portée effective d'une telle situation fictive, alors même qu'elle n'apparaît pas dans le livre. En revanche, je pense que la multiplication de personnages homosexuels dans des oeuvres grand public est un élément fondamental dans la banalisation de l'homosexualité et la lutte contre l'homophobie, ce que les homophobes ont bien compris au demeurant. Je pense aussi que si les homos font partie du paysage pour les enfants, l'école ne sera plus, à terme, ce lieu d'ostracisme et de mise au placard pour les garçons et les filles qui se découvrent éprouvant ce genre de sentiments. Quand à douze, quatorze ou dix ans, on dispose de modèles positifs dans la vie comme dans la fiction, ça aide à se construire...

100hom 23/07/2012 10:16


Merci pour cette éclaircissment. Bonne continuation.

Blandine Longre 25/10/2007 01:40

Bonsoirje suis assez d'accord avec vos propos et je vous cite sur le blog suivant : http://blongre.hautetfort.com/ cordialement